English
Manutan : le blog de l'optimisation des achats
Optimisez vos achats indirects

Quelles tendances et priorités achats pour 2018 ?

Tendances et priorités achats 2018
18 janvier 2018
{{totalComments}} commentaires
English version

AgileBuyer* s’associe au Conseil National des Achats (anciennement CDAF) pour mener son étude annuelle sur les tendances et priorités des Départements achats. En 2018, l’enquête intitulée « Les relations Acheteurs-Fournisseurs sous un jour nouveau » s’enrichit de nouvelles informations sur la mesure de la performance achats, la tension en termes de ressources humaines… Zoom sur les grandes lignes !

La réduction des coûts : une priorité en baisse

En 2018, la réduction des coûts reste l’objectif premier des acheteurs. Face à la concurrence et la mondialisation, ces derniers se doivent d’optimiser au mieux les coûts de leur entreprise.

Cependant, cet objectif est à son niveau le plus bas depuis six ans. En effet, quand 82 % des répondants identifiaient cet axe comme prioritaire en 2017, l’année 2018 enregistre 10 points de moins (72%) ! Ce changement s’explique notamment par le renforcement d’autres axes stratégiques comme par exemple le développement d’une relation de partenariat entre acheteurs et fournisseurs.

Olivier Joseph, Senior Procurement Engagement Manager chez Microsoft confirme cette tendance : « Si la réduction des coûts figure toujours en première place chez Microsoft, elle fait dorénavant partie d’un ensemble de 7 Top Metric’s qui ont tous leur importance ».

A noter que la différence pour cette question entre les secteurs publics et privés est intéressante : 74 % contre 58 % ! De plus, au sein même du secteur privé, des clivages se forment : les industries se concentrent davantage sur la réduction des coûts (81 % pour l’automobile et l’aéronautique, 79 % pour la mécanique et la métallurgie…) comparé aux entreprises de services (62 % pour la banque et l’assurance, 55% pour le commerce interentreprises…). Cet écart est dû aux achats de production qui représentent une part importante du chiffre d’affaires pour les entreprises industrielles.

Comment réduire les coûts ?

De nombreux leviers seront activés par les acheteurs cette année pour réduire leurs coûts d’achats. Dans l’ordre décroissant, on compte :

58 % : la négociation

50 % : la mutualisation/globalisation

47 % : l’ajustement des spécificités techniques

39 % : le TCO (Total Cost of Ownership ou Coût Total d’Acquisition)

38 % : l’analyse de la valeur

27 % : l’engagement sur les volumes

26 % : le changement de fournisseurs

20 % : Make or Buy

16 % : l’intégration de fournisseurs

10 % : la délocalisation

Les plus fortes augmentations par rapport aux résultats de l’année dernière sont l’ajustement des spécificités techniques (+15 points), le TCO (+12 points) et les plans d’amélioration continue (+11 points).

Chez Eiffage, les équipes se focalisent sur le TCO. Jean-Luc Baras, Directeur Achats, explique : « La réduction des coûts reste un axe important de nos objectifs achats. Même si, aujourd’hui, il s’agit d’actions sur l’ensemble des composantes du TCO, notamment les coûts logistiques et transactionnels. Nos gisements sur la globalisation/massification sont déjà largement exploités, mais nous avons en complément des objectifs sur la standardisation des produits fonctionnels. »

Comment mesurer la performance achats ?

Pour 56 % des répondants, les économies réalisées sont le principal indicateur de performance. Preuve que la réduction des coûts reste la priorité n°1. C’est d’autant plus vrai pour les directeurs achats qui sont plus nombreux (12 points de plus) à s’accorder sur ce point.

De plus, le critère d’économie diffère selon les secteurs. Par exemple, les transports et la logistique (75 %) ainsi que la santé et l’action sociale (68 %) semblent être particulièrement sujets à la pression des coûts.

D’autres indicateurs de performance s’ajoutent à celui-ci :

12 % : la contribution au chiffre d’affaires

9 % : la réactivité

8 % : le cash

8 % : les risques contractuels

4 % : l’innovation

2 % : la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises)

1 % : les risques réputationnels

Le mot de la fin revient à Marc Sauvage, Président du Conseil National des Achats : « D'une fonction quasi administrative il y a quelques décennies, elle est devenue un acteur essentiel de la création de valeur dans l'entreprise. Une nouvelle ère est devant nous et annonce l'émergence de transformations profondes. Comme souvent, pour obtenir le succès, il faut être capable de se projeter dans le futur : c'est ce que nous permet cette étude ».

Nous vous invitons à lire l’intégralité de l’enquête pour en savoir plus sur la gestion des relations fournisseurs, les achats « Made in France » dans le BtoB, ceux liés au développement durable et à la RSE et encore bien d’autres sujets.

Méthodologie de l’enquête
Cette étude a été administrée via un questionnaire en ligne durant près de deux semaines (22/11/2017 - 4/12/2017). Ce sont 628 professionnels des achats (directeurs, responsables, coordinateurs et acheteurs), tous secteurs confondus, qui ont répondu à l’intégralité du questionnaire. Leurs réponses ont été notamment analysées par un comité scientifique, composé d’experts des achats.


*Cabinet de conseil en achat opérationnel

  • Commenter
  • Partager :
Commentaires ({{totalComments}})
  • {{comment.author.firstName}} {{comment.author.lastName}}, {{comment.createdAt}}
    {{answer.author.firstName}} {{answer.author.lastName}}, {{answer.createdAt}}

Votre commentaire
Suivez-nous sur nos réseaux
Nos experts