English
Manutan : le blog de l'optimisation des achats
Optimisez vos achats indirects

Vending machine : effet de mode ou solution durable ?

8 avril 2016
{{totalComments}} commentaires
English version

Après la vague de l'e-procurement, un des sujets qui alimente le plus les discussions des acheteurs est celui des distributeurs automatiques ou autrement appelés en anglais « Vending Machines » (VM). A l'instar des distributeurs de boissons et de friandises que l'on trouve dans tout espace collectif qui se respecte, ces VM sont positionnées dans les ateliers, les usines ou les entrepôts. On trouve à l'intérieur des gants de sécurité, des lunettes de protection ou encore les outils qui sont nécessaires au travail des collaborateurs.

Des avantages multiples

  • Disponibilité totale des produits jours et nuit, ce qui est notamment très utile pour les entreprises opérant en 3/8
  • Absence de stock central avec comme bénéfices un meilleur BFR et l'affectation des collaborateurs gérants les stocks à des tâches à plus forte valeur ajoutée
  • Un contrôle des consommations avec un risque bien moindre de "démarque"; chaque personne utilisant une carte magnétique personnelle pour s'approvisionner
  • Une meilleure productivité puisque la disposition de ces machines directement sur le lieu d'usage évite les déplacements, ce qui est un vrai bénéfice dans les grandes usines ou les entrepôts importants
  • Ré-approvisionnement automatique grâce à une connexion directe avec le système informatique du distributeur et un ré-approvisionnement physique quotidien ou hebdomadaire en fonction des besoins

Notre expérience chez Manutan est que l'implémentation de ces distributeurs entraîne une baisse de 30% de la consommation sans compter les gains de productivité.

Alors solution miracle les Vending Machines ?

Oui mais.... à condition que leur introduction dans l'entreprise soit faite avec méthode. Il ne faut pas négliger les craintes et les réticences qui surgissent quand on annonce leur arrivée. Peur du « flicage », d'une externalisation « déguisée » ou d'une nouvelle demande de « productivité forcée », voilà quelques unes des réactions observées. Cela va bien sûr à l'encontre de ce que ces nouveaux outils peuvent apporter mais si ces points ne sont pas adressés, les risques de rejet et d'échec sont forts.

Leur implémentation doit donc être concertée en donnant notamment une visibilité sur l'utilisation qui sera faite des ressources (financières, humaines, productivité) dégagées. Chez un de nos clients par exemple, les personnes auparavant en charge du stock central ont été affectées à la négociation fournisseurs sur les commandes supérieures à 1500 Euros. Dans une autre entreprise, le temps gagné en déplacement a été utilisé en exercice de 10mn d'échauffement musculaire pour faire baisser les risques d'accidents du travail.

De plus, l'implémentation doit être progressive. Il faut commencer par un ou deux endroits, mesurer les bénéfices puis décider d'une généralisation. Comme pour les projets d'e-procurement, le succès de leur mise en place repose sur l'alliance d'une nouvelle technologie et d'une approche relationnelle. C'est le seul moyen de passer « d'un effet de mode » à des solutions durables !

  • Commenter
  • Partager :
Commentaires ({{totalComments}})
  • {{comment.author.firstName}} {{comment.author.lastName}}, {{comment.createdAt}}
    {{answer.author.firstName}} {{answer.author.lastName}}, {{answer.createdAt}}

Votre commentaire
Suivez-nous sur nos réseaux
Nos experts