Acheteur indirect : quelles missions et compétences ?

Partie 1
fiche métier acheteur indirect
21 mai 2019
Partagez :
{{totalComments}} commentaires

Depuis quelques années, la fonction achats indirects se structure au sein des grandes entreprises. Le métier prend un véritable tournant : derrière ces achats non stratégiques souvent sous-évalués, on entrevoit désormais de réels gisements d’économies. Et la tâche n’est pas mince : les acheteurs indirects ont de plus en plus de catégories et de fournisseurs à gérer, ils doivent éradiquer les achats sauvages disséminés au sein de leur entreprise, renforcer les liens avec leurs nombreuses parties prenantes… Pour mieux comprendre le métier, cet article, en deux volets, fait le point sur leurs missions, leurs leviers d’actions et leurs compétences…

Un regain d’intérêt pour les achats indirects 

Les achats indirects, longtemps négligés au regard des achats de production, deviennent stratégiques au sein des entreprises. En effet, la maîtrise des dépenses et la réduction des coûts indirects sur cette catégorie d’achats représentent de formidables leviers pour améliorer la marge ou adapter la structure de coûts des entreprises à leur contexte économique. 

A ce titre, les entreprises adaptent leur organisation achat. Près de 3/4 des entreprises sont désormais dotées d’une Direction Achats Indirects (contre 61 % en 2017 et 44 % en 2016)[1]. Cependant, l’importance donnée à cette catégorie d’achat varie beaucoup selon les entreprises : non prioritaires dans certains cas, les achats indirects font de plus en plus l’objet d’actions d’optimisation et sont même parfois gérés selon les mêmes méthodes que les achats stratégiques.

Les missions des acheteurs indirects

Rôle aux multiples casquettes, l’acheteur indirect porte cinq missions majeures, inhérentes aux achats, mais avec ses propres leviers d’actions :

  • Réduire les coûts : les économies étant indissociables de la fonction, les acheteurs indirects s’attachent notamment à optimiser le Coût Total d’Acquisition de leurs achats, s’assurer du bon déploiement des contrats et supprimer les achats sauvages.
     
  • Diffuser l’innovation et la transformation de l’entreprise : la digitalisation du métier et de ses processus est une véritable priorité. Grâce à une solution e-achat performante, les acheteurs indirects peuvent atténuer certaines de leurs difficultés : charge de gestion trop importante, manque de visibilité sur les dépenses… La contrepartie étant qu’ils doivent aussi accompagner les Directions métiers pour qu’elles s’approprient ces outils. Les acheteurs indirects jouent également le rôle de capteurs d’innovation, notamment à travers leurs relations fournisseurs, car ils veillent et conseillent des solutions innovantes pour répondre aux besoins de leurs clients internes.
     
  • Animer un véritable écosystème : les acheteurs indirects se positionnent comme de réels partenaires pour leurs parties prenantes. Ils doivent impliquer et faire adhérer les clients internes, tout en développant leurs relations fournisseurs avec une vision long terme. La satisfaction des utilisateurs et les relations fournisseurs font d’ailleurs partie de leurs principaux critères de performance1.
     
  • Contribuer à la RSE : la Responsabilité Sociétale des Entreprises devient un élément différenciant à tout point de vue, pour les clients et les partenaires. Dès lors, les acheteurs indirects ont un rôle clé à jouer, notamment en matière de made in France, d’emploi et d’insertion, en intégrant certains critères dans leur politique achats et en les faisant coïncider avec leurs objectifs business.
     
  • Gérer les risques : les acheteurs indirects doivent s’adapter à un environnement réglementaire de plus en plus contraignant. Les risques fournisseurs sont d’autant plus présents qu’ils gèrent, rappelons-le, un large portefeuille et de nombreuses transactions. Pour cela, ils doivent travailler de concert avec le service juridique et veiller sur les risques fournisseurs, tout au long du cycle de vie des contrats.

La collaboration est au cœur du métier car l’acheteur indirect interagit avec un large écosystème : Directions métiers, Direction Générale, fournisseurs… Ce n’est pas par hasard qu’on le surnomme aujourd’hui le « business partner » !

  • Bientôt en ligne : le deuxième volet de cet article sur les compétences des acheteurs indirects !

 

[1] Acxias et Ressource Consulting

Livre blanc
Livre blanc
Rationalisez votre portefeuille fournisseurs