Achats de classe C : état des lieux du secteur des transports et de l’entreposage

Infographie
9 juillet 2020
Partagez :
{{totalComments}} commentaires

Dans son dernier baromètre, Manutan analyse le comportement d’achats de 63 grandes entreprises françaises du secteur des transports et de l’entreposage pour évaluer leur maturité en matière de gestion des achats de classe C. Avec une note moyenne Savin’side® de 3,17/5, le secteur semble opérer une gestion relativement bien structurée, avec trois grands axes d’amélioration : l’optimisation produits, le déploiement de l’accord et le pilotage de qualité.

Infographie barometre des achats de classe C secteur transports et entreposage

La rationalisation des fournisseurs : 2/5

Les entreprises de notre panel sous-exploitent la largeur de l’offre produits de Manutan. En effet, seules trois familles de produits sur huit sont largement consommées. Pour les autres catégories, elles ont tendance à solliciter des prestataires spécialistes. Cela démontre que le marché est structuré mais qu’elles peuvent aller encore plus loin en rationalisant leur portefeuille de fournisseurs sur les catégories déjà optimisées afin de réduire leurs « achats sauvages ».

L’optimisation produits : 3/5

Dans le secteur, la part des produits haut de gamme est plutôt dominante avec un taux moyen de 29 %. La tendance s’inverse pour les entreprises « best-in-class » qui consomment plus largement du milieu de gamme et de la marque distributeur Manutan. Cela souligne une belle marge de progression.

La digitalisation des transactions : 3/5

De toute évidence, le secteur des transports et de l’entreposage a réellement amorcé la digitalisation de ses processus. Celui-ci enregistre en moyenne 61 % de transactions dématérialisées via une solution d’e-procurement. Les entreprises « best-in-class » performent jusqu’à atteindre 84 % de transactions dématérialisées car celles-ci ont déjà accéléré la digitalisation de leurs commandes.

L’optimisation de la logistique : 5/5

Cet axe représente, sans aucun doute, le point fort du secteur. L’ensemble des acteurs enregistre moins d’une livraison ou réception par semaine. En effet, les utilisateurs ont tendance à massifier leurs commandes, ce qui permet d’optimiser le traitement des flux et ainsi d’accroître la productivité de l’ensemble des équipes.

5. Le déploiement de l’accord : 2/5

Dans notre panel, seuls 17 % des sites font une utilisation optimale de leur contrat. C’est-à-dire qu’ils comptabilisent des dépenses supérieures au potentiel estimé par employé et par an (120€),  auprès d’un seul même fournisseur (Manutan). Pour favoriser le déploiement sur tous les sites, le moyen le plus rapide et efficace à disposition des entreprises reste la digitalisation (emailing envoyé par l’acheteur, formation via webinar personnalisé…).

6. Le pilotage de la qualité : 4/5

Le secteur des transports et de l’entreposage présente un taux de service évalué à 89 %. Ce chiffre est notamment impacté par le lancement croissant de projets liés à la dématérialisation des factures.

Malgré la nature hétérogène des entreprises qui composent ce secteur, leur gestion des achats de classe C est relativement bien structurée. Une tendance de fond se dessine : la montée en puissance de la digitalisation. A travers cette dynamique, les Directions des Achats visent à mettre davantage sous contrôle leurs achats de classe C, tout en améliorant leurs performances.

Livre blanc
Baromètre
Baromètre des achats de classe C - Secteur des transports et de l'entreposage - juillet 2020