Achats responsables : définition, état des lieux et bénéfices

Achat responsable définition
Mis à jour le 19 mai 2022
Partagez :
{{totalComments}} commentaires

Le terme « achats responsables » désigne les achats qui tiennent compte des critères économiques fondamentaux (prix, qualité, délais…), mais qui s’inscrivent également dans une démarche de développement durable et de responsabilité sociétale. Dans ce dossier, vous trouverez toutes les réponses à vos questions sur les achats responsables : leur définition, l’état des lieux actuel, leur effet sur la relation avec les fournisseurs et leurs bénéfices.

Achats responsables : définition

Les achats répondent toujours à des critères fondamentaux tels que le prix, la qualité, les délais de livraison, le niveau de service… Les achats que l’on qualifie de « responsables » répondent à ces mêmes critères, mais en intègrent également de nouveaux, relatifs au développement durable et à la responsabilité sociétale, dans une logique de cycle de vie et de coût global.

En d’autres termes, une démarche d’achats responsables revient, pour les acheteurs, à concilier trois notions essentielles :

  1. L’environnement : la performance énergétique, la réduction des déchets, la durée de vie des produits…
  2. L’éthique et la société : le respect des Droits de l’Homme, les conditions de travail, l’insertion, la diversité…
  3. L’économie : les coûts, la qualité des produits, les délais de livraison…

L’Observatoire des Achats Responsables, un organisme français, partage sa propre définition : « [il s’agit de] tout achat intégrant dans un esprit d’équilibre entre parties prenantes des exigences, spécifications et critères en faveur de la protection et de la mise en valeur de l’environnement, du progrès social et du développement économique. L’acheteur recherche l’efficacité, l’amélioration de la qualité des prestations et l’optimisation des coûts globaux (immédiats et différés) au sein d’une chaîne de valeur et en mesure l’impact. »

De son côté, la plateforme mondiale d’évaluation et de mutualisation des performances RSE EcoVadis fait directement écho à la notion de développement durable[1] définie par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’Organisation des Nations Unies. Elle définit ainsi les achats responsables comme « l’adoption et l’intégration de principes de développement durable dans les processus et les décisions d’achats, tout en veillant à ce qu’ils répondent aux exigences de l’entreprise et de ses parties prenantes. Cela couvre à la fois le développement durable des produits et des matériaux, ainsi que la responsabilité des pratiques des fournisseurs. »

L’état des lieux des achats responsables

Publié par EcoVadis, le Baromètre « Achats Responsables » 2021 dresse un état des lieux des achats responsables à travers le monde. Ce rapport met en lumière l’intérêt généralisé des entreprises en faveur des achats responsables. En effet, le développement durable est maintenant une priorité pour les directions achats : 63 % d’entre elles la considèrent « très importante », alors qu’elles n’étaient que 25 % en 2019. Cette croissance s’explique en partie à travers les exigences réglementaires et le devoir légal de vigilance. Le rapport montre également que « les engagements et les investissements en faveur du développement durable sont restés stables ou ont augmenté pour 93 % des entreprises ».

De même, depuis quelques années, une attention particulière est portée au volet social et à l’éthique des affaires. Cet engagement se matérialise notamment à travers la mise en place d’un code de conduite pour les fournisseurs, de clauses contractuelles spécifiques ou encore d’une politique globale d’achats responsables. Ainsi, parmi les acheteurs interrogés dans le cadre du Baromètre 2021, 69 % affirment tenir compte des pratiques éthiques et des performances sociales et environnementales des fournisseurs au moment de choisir leurs partenaires (nouvelle collaboration ou renouvellement de contrat). En 2019, ils étaient 51 %.

Une relation acheteurs-fournisseurs responsable

Les services achats ne sont pas seuls dans leur démarche responsable. C’est tout un ensemble de bonnes pratiques et de bons partenaires qui viennent renforcer leurs actions. Un achat responsable touche tous les intervenants. Ainsi, les fournisseurs et leur impact environnemental, social et sociétal jouent un rôle au même titre que l’entreprise et l’acheteur final.

Pour ce faire, la relation entre les acheteurs et les fournisseurs se doit d’être continuellement améliorée. C’est en travaillant main dans la main et en se remettant mutuellement en question que chacun peut entraîner son partenaire vers des comportements et des décisions plus responsables pour une offre optimisée, source de nouvelles opportunités.

Les bénéfices des achats responsables

Quantifier les retours sur investissement d’une volonté d’achats responsables n’est pas une tâche aisée. Cependant, il est possible de dégager sept principaux bénéfices résultant d’une démarche d’achats responsables.

  • Mieux maîtriser les risques ;
  • Réduire les coûts ;
  • Favoriser l’innovation et la différenciation ;
  • Accroître le chiffre d’affaires ;
  • Améliorer les indicateurs achats ;
  • Améliorer la notation extra-financière ;
  • Améliorer l’acquisition et la rétention des talents.

Aujourd’hui, de nombreuses entreprises considèrent que mettre en œuvre une politique d’achats responsables est une priorité. Face aux attentes de l’ensemble des parties prenantes et à un contexte réglementaire de plus en plus exigeant, s’engager dans une démarche d’achats responsables devient une évidence pour les entreprises, tant du côté des directions achats que des fournisseurs.

Les actions à mettre en place pour acheter de façon responsable

Pour concrétiser leurs engagements, les entreprises mettent en place des politiques RSE conformes aux critères établis. Elles s’impliquent aussi bien en interne en sensibilisant leurs collaborateurs qu’en externe avec les fournisseurs et autres partenaires. C’est un effort de tous qui crée un cercle vertueux.

Voici quelques bonnes pratiques pour acheter de façon responsable :

  • Définir les critères RSE de l’entreprise ;
  • Anticiper les besoins d’achat ;
  • Privilégier les produits durables et de qualité ;
  • Choisir ses partenaires suivant la politique RSE définie ;
  • S’informer sur ses fournisseurs et entretenir une relation de confiance avec eux ;
  • Intégrer une logique de cycle de vie et de coût global dans son processus d’achat ;
  • Être attentif aux labels des produits ;
  • Former les équipes achats ;
  • Sensibiliser les autres équipes.

L’entreprise a tout à y gagner et peut tout à fait concilier achats responsables, RSE et compliance.


[1] « Un mode de développement qui répond aux besoins des générations présentes, sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs »