English
Manutan : le blog de l'optimisation des achats
Optimisez vos achats indirects

Quel avenir pour la fonction achats en 2030 ? [PARTIE 1 PERSPECTIVES]

l’automatisation des processus robotiques
25 octobre 2018
{{totalComments}} commentaires
English version

Vous l’entendez et le lisez partout : la fonction achats est amenée à se transformer avec l’avènement des nouvelles technologies telles que l’Intelligence Artificielle, l’automatisation des processus robotiques… Mais la question que nous nous posons tous est : comment va-t-elle évoluer ? Michael Page et Procurious tentent d’y répondre à travers leur étude* « PROCUREMENT 2030 » découpée en quatre volets. Focus sur la première partie…

Fonction achats en 2030 : quelles perspectives ?

La transformation semble être une évidence pour tous. 92 % des professionnels interrogées pensent que le métier d’acheteur aura changé d’ici 2030. Et ils sont même plutôt optimistes puisqu’ils pensent que la profession sera encore plus florissante à ce moment-là !

Aujourd’hui, les tâches des professionnels sont à parts égales stratégiques et opérationnelles. Fait étonnant : les Directeurs Achats indiquent réaliser 40 % de tâches opérationnelles, malgré leur rôle pour le moins stratégique ! Mais les participants sont confiants : pas moins de 42 % de cette charge de travail pourrait être automatisée grâce aux nouvelles technologies.

Si la fonction achats semble majoritairement convaincue de cet avenir meilleur qui les attend, ce n’est pas forcément le cas des autres parties prenantes. L’enjeu est alors d’informer les clients internes, la direction et les partenaires de ce changement positif.

Fonction achats en 2030 : menaces et opportunités 

Il est intéressant de noter que les trois plus grandes menaces de la fonction achats sont également ses plus belles opportunités pour se démarquer de la concurrence. Il s’agit, dans l’ordre chronologique, des avancées technologiques, du recrutement et de la rétention des talents et enfin de la réputation et de l’image de marque. Cependant, les professionnels sont plus nombreux à les identifier comme des opportunités que des menaces.

Les deux premiers éléments sont d’ailleurs intrinsèquement liés : à terme, les talents souhaiteront intégrer les entreprises et les directions achats ayant investi dans les bonnes technologies et réussi leur virage digital.

Dans la catégorie des menaces et des opportunités, suivent alors la cyber-sécurité, les chocs géopolitiques, le bouleversement des industries et les catastrophes naturelles.

Fonction achats en 2030 : quelle perception ?

D’ici 2030, les personnes interrogées imaginent la fonction achats devenir majoritairement un groupe agile de conseillers stratégiques (51 %), ou bien un groupe influent de leaders commerciaux (24 %). Ils ne croient pas à une profession 100 % automatisée ou externalisée.

Leurs missions sont aussi amenées à évoluer. Alors que la réduction des coûts prédomine encore aujourd’hui (38 %), suivie de la gestion des risques (22 %) et de l’innovation fournisseurs (12 %), les cartes seront redistribuées en 2030. Ils projettent de se consacrer majoritairement à l’innovation fournisseurs (29 %), aux achats responsables (25 %) et à la gestion des risques (18 %).

Les auteurs de l’étude mettent en garde sur un point : avant d’entamer toute transformation, il est important d’adresser un blocage persistant, pour éviter le manque de compréhension de la valeur ajoutée de la fonction achats. En effet, 76 % estiment que les parties prenantes comprennent peu ou moyennement leur valeur ajoutée. Un travail de fond doit être entrepris sur la perception du métier et de sa valeur ajoutée, bien au-delà des simples réductions de coût.

Ø  Découvrez l’étude complète

* Etude menée auprès de 590 professionnels

  • Commenter
  • Partager :
Commentaires ({{totalComments}})
  • {{comment.author.firstName}} {{comment.author.lastName}}, {{comment.createdAt}}
    {{answer.author.firstName}} {{answer.author.lastName}}, {{answer.createdAt}}

Votre commentaire
Suivez-nous sur nos réseaux
Nos experts