Quel avenir pour la fonction achats en 2030 ?

Partie 4 - Métamorphose
Fonction achats 2030
18 décembre 2018
Partagez :
{{totalComments}} commentaires

Michael Page et Procurious dévoilent le 4ème et dernier volet de leur étude consacrée à la transformation digitale de la fonction achats. Après avoir évoqué les perspectives, la préparation et les nouvelles compétences des professionnels des achats à l’ère de la transformation digitale, cette dernière partie s’intéresse concrètement à ce que va devenir la fonction, à l’intersection entre les missions, la perception du métier et les compétences.

Fonction achats en 2030 : repenser les missions

Dans le premier volet de l’étude, les 600 professionnels des achats ayant répondu à l’enquête estimaient que 42 % de leurs tâches pouvaient être automatisées à l’aide des nouvelles technologies.

Cela leur libèrerait ainsi le temps nécessaire pour se consacrer à d’autres missions à plus haute valeur ajoutée. Ils identifient notamment trois tâches majeures :

  • Accroître l’influence de la fonction achats au sein de l’organisation en alignant davantage leur stratégie à celle de l’entreprise et en améliorant leur communication avec les diverses parties prenantes
  • Développer les équipes et les talents pour s’adapter à l’évolution de leur métier
  • Rechercher de nouvelles opportunités pour contribuer à la croissance de l’entreprise, à travers une réflexion créative et la revue des processus

On trouve ensuite d’autres missions moins prioritaires mais tout aussi stratégiques comme la gestion des relations fournisseurs, les achats durables, l’innovation fournisseurs et l’analyse de données.

Leurs missions seront ainsi davantage orientées vers la stratégie, la création de valeur et les relations. 73 % d’entre eux pensent d’ailleurs que les relations avec leurs fournisseurs stratégiques seront plus personnelles et humaines qu’aujourd’hui.

Fonction achats en 2030 : revoir le positionnement

Le rôle des Directions Achats a beaucoup évolué ces dernières années, du rôle majoritairement administratif au partenaire créateur de valeur, et ce phénomène va croissant.

C’est pourquoi, près d’un tiers des répondants estiment que le terme « achats » ne serait plus pertinent pour décrire le métier à horizon 2030. Les propositions de substitution sont nombreuses : création ou optimisation de valeur, gestion des relations ou des partenariats, amélioration commerciale… Cette nécessité d’adapter le titre au nouveau métier fait notamment débat pour les Directeurs Achats (ou Chief Procurement Officer).

Au-delà du changement de titre, c’est surtout la perception de la fonction achats auprès des différentes parties prenantes qu’il faut améliorer. Sensibiliser à la valeur et aux bénéfices que peuvent apporter la fonction est primordial.

Fonction achats en 2030 : adapter les compétences

Non seulement le métier évolue mais le marché de l’emploi pourrait également être saturé à l’avenir. Ils sont d’ailleurs 41 % à penser qu’il y aura moins d’offres d’emploi dans les fonctions achats et logistiques d’ici une dizaine d’années. Cette vision est notamment induite par l’avènement des nouvelles technologies qui, comme nous l’avons vu précédemment, remplaceraient les humains pour les tâches à moindre valeur ajoutée.

De nouveaux métiers émergent déjà : Chief Analytics Officer, Chief Automation Officer… Pour s’adapter aux nouveaux et futurs métiers autour des achats, les professionnels ont conscience qu’il faut d’ores et déjà développer et/ou renforcer certaines compétences. D’après les répondants à l’enquête, les trois aptitudes clés seraient :

  • La pensée critique et la résolution de problèmes (48 %)
  • La création de relations (42,2 %)
  • Le leadership (40,7 %)

D’autres compétences sont également essentielles telles que la communication, la créativité, l’innovation, l’influence…

En somme, pour progresser dans sa carrière professionnelle à l’ère de la transformation digitale, Michael Page et Procurious rappellent trois mots d’ordre : miser sur l’apprentissage continu, renforcer son ouverture d’esprit et s’informer des changements stratégiques et de priorités de son entreprise.

 

Notre livre blanc
Livre blanc
Domptez vos « achats sauvages »