A la chasse aux coûts cachés

Partie 1 - le portefeuille fournisseurs
rationalisation fournisseurs
Mis à jour le 10 septembre 2019
Partagez :
{{totalComments}} commentaires

Alors qu’ils ne représentent en moyenne que 5 % du volume d’achats des entreprises, les achats de classe C concentrent à eux seuls près de 70 % des coûts cachés[1]. Ce déséquilibre, dû à de nombreux facteurs, est souvent lié au (trop) large portefeuille de fournisseurs, qui gonfle discrètement mais sûrement les coûts administratifs…

Un panel de fournisseurs disséminés dans l’entreprise

Les besoins et les exigences croissants des entreprises et de leurs parties prenantes internes ont conduit, au fil des années, à un enrichissement massif des bases de données fournisseurs. A ce titre, les achats de classe C représentent en moyenne 75 % du nombre de fournisseurs au sein des entreprises[1].

Selon le type et la taille des organisations, cela représente des centaines, voire des milliers de fournisseurs, souvent pour une utilisation exclusivement locale ou quelques transactions annuelles. Sans compter la part d’achats sauvages réalisée auprès de fournisseurs non référencés !

Des coûts de gestion sous-évalués

De cette quantité de fournisseurs résulte des coûts administratifs non négligeables, principalement de deux ordres :

  • Des coûts de gestion fournisseurs
    Evalués en moyenne à 1 000 € par an et par fournisseur suivant les secteurs1, ces frais couvrent à la fois le référencement dudit fournisseur et son maintien dans la base de données de l’entreprise.
     
  • Des coûts transactionnels 
    Plus il y a de fournisseurs, plus il y a également de transactions. Ce sont autant de bons de commande et de factures à gérer par ces sociétés, dont les coûts s’élèvent entre 95 € (pour une commande traditionnelle) et 19 € (pour une commande digitalisée) par transaction[2].

Cette situation nécessite d’être rationnalisée car ces coûts cachés, anodins en apparence, représentent pourtant des sommes considérables lorsqu’ils sont rapportés au nombre de fournisseurs et de transactions impliqués.

Réduire le nombre de fournisseurs, et ainsi les coûts administratifs pour réaliser des économies d’échelle, est une stratégie bien connue des Directions des Achats. Cependant, au-delà d’un simple levier d’économies, cela permet d’optimiser les dépenses, d’améliorer la productivité des équipes et de renforcer les partenariats stratégiques

[1] Source : groupe Manutan

[2] Source : APECA