Supply chain et fonction achats : comment être plus efficace ?

supply chain
20 août 2019
Partagez :
{{totalComments}} commentaires

La supply chain porte la responsabilité de la disponibilité des produits de l’entreprise auprès de ses clients, dans des conditions de qualité et de délais optimisés. Pour garantir ce résultat, la supply chain s’applique à mettre à la disposition des équipes les ressources indispensables à chaque étape de la fabrication.

Le développement international, un recours accru à l’externalisation et le besoin de personnaliser l’expérience client ajoutent de nouveaux défis à la supply chain.

Pour y faire face, cette dernière est contrainte de repenser son modèle d’organisation dans une perspective davantage collaborative. Elle doit notamment se rapprocher des achats autour de trois leviers d’action :

Supply chain et service achats : des objectifs communs

Les missions fondamentales des achats et de la supply chain s’énoncent de façon identique :

  • Réduire le délai entre une commande et une livraison
  • Garantir la conformité du produit avec les spécifications convenues
  • Réduire le poids des stocks
  • Intégrer les clauses environnementales
  • Optimiser le coût global de mise à disposition

La capacité de la supply chain à atteindre ses objectifs se verra renforcée par une coordination plus étroite avec la fonction achats.

Ainsi, étendre son marché vers des clients étrangers, avec des attentes qui leur sont propres, implique de modifier à la marge la fabrication et/ou le conditionnement. Les achats doivent donc accompagner la supply chain dans l’évolution du process produits, à travers le sourcing de composants adaptés. Dans un contexte de concurrence exacerbée, il est clair que la réactivité des achats est une condition clé de la performance globale. De même, réduire les stocks de produits finis et produire en « juste à temps », notamment dans l’optique d’une personnalisation maximum, nécessitent une coordination extrême entre les achats et la supply chain, pour intégrer les fournisseurs dans cette dynamique ou en identifier de nouveaux qui puissent apporter cette valeur. 

Supply chain et service achats : des échanges à optimiser

Comme celle de la fonction achats, la qualité du management de la supply chain repose sur la capacité à piloter trois flux:

  • Le flux de produits, qui comprend l’ensemble des mouvements de marchandises entre un fournisseur et un destinataire, dans le sens livraison mais parfois aussi dans le sens retour
  • Le flux d’informations, par exemple la transmission des commandes et le suivi de la livraison
  • Le flux financier, centré sur les modalités de règlement et de transfert de propriété

La synergie entre la supply chain et les achats se construit sur la base de l’échange accéléré d’une information normalisée. La prévision des ventes sur une gamme de produits, les dates des futurs lancements ou l’ouverture d’un nouveau marché aux normes spécifiques sont des informations cruciales pour permettre aux achats d’orienter leurs actions en conséquence.

À l’inverse, la détection par les achats d’une technologie innovante susceptible d’apporter de la valeur à une production ou l’intégration d’un fournisseur à même de livrer des sous-produits intégrant davantage de valeur ajoutée sont des informations que la supply chain doit connaître sans délai.

Dans l’intérêt commun, les échanges doivent donc être optimisés entre la supply chain et les achats.

Supply chain et services achats : des méthodologies communes à adopter

La parfaite coopération entre la supply chain et les achats passe enfin par l’adoption de méthodologies et de référentiels communs. L’interopérabilité des solutions digitales est un pré-requis.

Mais des bonnes pratiques communes sont également fondamentales pour nourrir l’excellence du management de la supply chain. Par exemple, définir en commun les critères de sélection d’un nouveau fournisseur, comme les éléments de traçabilité, la définition de la qualité et les engagements de délai. Ou encore, partager une plateforme d’information commune pour traiter les réclamations clients, dont une partie au moins trouve forcément sa source dans les conditions de sélection et de mise à disposition des composants.

La supply chain et la fonction achats sont engagées conjointement par les objectifs stratégiques de l’entreprise. La performance globale de l’organisation repose sur une continuité de la chaîne qui va de l’identification des composants à la livraison du produit fini. Dans une perspective où la concurrence s’intensifie et où augmentent les exigences sociétales de transparence et de traçabilité, la supply chain et les achats ne peuvent faire l’économie d’une coopération renforcée.   
 

Si vous voulez aller plus loin sur l’efficacité de la proximité supply chain/fonction achats, lisez l’article « 7 étapes pour optimiser votre spend management »

Notre livre blanc
Livre blanc
Domptez vos « achats sauvages »